Les Tours Nègres

Las Tours Negros

Diapo al tn2

Un écu, trois pistoles, c'est ce que vous devez acquitter pour le passage du gué reliant les deux versants de la rivière, pour vous, deux moutons et quatre dindes.

Voilà ce qu'on pouvait entendre un jour de l'année mille-cinq-cents et quelques entre le seigneur de Maupertuis, son valet «Moucofede» et l'abbé Regusse, moine de son état, dans une grande salle de ce château qui servait d'octroi entre les villages de St-Denis, Saissac et Valsiguier (Montolieu).

La tenue du seigneur vêtu de brocards et de soieries détonnait avec la robe de bure marron du moine et les haillons de son valet dans ce château à l'aspect austère, bâti avec le granit gris qui l'environnait. Une grande salle commune, un dortoir, une pièce faisant office de cuisine et une salle à manger où étaient entreposées quelques maigres victuailles, des couloirs mal éclairés, et une petite chapelle constituaient les seules pièces ; et le château était flanqué de quatre tours, dont une ronde qui était son donjon.

Donc ce château était destiné à percevoir les taxes pour toute marchandise, bétail et même voyageur passant le gué. Il était tenu par une confrérie de moines, un prieur et cinq moines, qui menaient une existence aussi véritablement monacale que monotone au gré des passages de personnes et de marchandises qui transitaient par cette route assez peu fréquentée.

Quelques marchands ambulants, quelques pèlerins allant faire dévotion à l'abbaye de Saint-Papoul, et quelques ménestrels allant chanter et danser dans les châteaux avoisinants, ou encore des montreurs d'ours qui allaient donner leur spectacle sur les places des villages.

Par une nuit de Noël, alors qu'il faisait un froid vif et que la neige commençait à tomber sur ce lieu inhospitalier, nos moines se préparaient à célébrer la messe de minuit. Ils avaient revêtu leurs belles aubes blanches, tenaient une torche à la main pour s'éclairer et se rendaient à la petite chapelle en entonnant quelques chants de Noël, lorsqu'un grand bruit retentit entre les murs et qu'ayant forcé la poterne une bande de malandrins armés de couteaux et de haches, après s'être emparé de quelques objets précieux et avoir récupéré les quelques écus et pistoles des droits de passage, se ruèrent sur les moines sans défense et les égorgèrent.

C'est ainsi qu'on les découvrit, dans leurs belles robes blanches toutes maculées de sang.

C'est alors que naquit la légende des «Escanats» (en français : égorgés). J'avais entendu raconter par de vieux chasseurs ou vieux bûcherons quelques étranges histoires de processions, de lueurs surnaturelles, de moines...mais sans jamais être convaincu par leurs récits, car les personnes qui narraient ces histoires avaient toujours été les seules à en témoigner.

021 20 400 400

On en parlait toujours à la veillée de Noël, anniversaire du soir où les malheureux moines avaient été égorgés.

Finalement trop intrigué par ces légendes, et après avoir longtemps réfléchi, je me décidai à aller me rendre compte par moi-même.

Une nuit de Noël, par un magnifique clair de lune et un petit froid vif qui rappelait qu'on était bien en plein hiver, je me mis en route pour ce lieu énigmatique.

Je traversai le village, paré de toutes les illuminations de Noël, dont les habitants s'apprêtaient à se rendre à la messe de minuit, pour réveillonner ensuite. Dans les maisons on entendait des cris d'enfants et des bruits de vaisselle, et de temps en temps, d'une fenêtre entrouverte s'échappaient des fumets de viande rôtie et de savantes sauces. Je sortis du village par le chemin de l'Isoule, franchis ce magnifique pont du Xlle siècle où le torrent faisait grand bruit, traversai une cour de ferme où toutes les lumières étaient allumées, toujours pour se préparer au réveillon. Je m'arrêtais de temps en temps pour me reposer et guetter tous ces bruits de la nuit, le glapissement d'un renard en chasse, le cri lugubre d'une chouette ou le grognement de quelque sanglier en train de fouailler dans un champ, en quête de vermine, ensuite, le silence, propre à la nuit.

120 shrinked

Après avoir pris le chemin du grand châtaigner j'arrivai enfin à destination. Par ce clair de lune, les tours, ou ce qu'il en reste, étaient bien visibles. Je franchis le gué et m'installai tant bien que mal au pied de la tour ronde. Je regardai ma montre : comme minuit était encore loin, mes paupières se firent lourdes et je m'assoupis.

Tout à coup, j'éprouve une espèce de crispation nerveuse, l'instinct du chasseur, comme si quelqu'un me regardait. Je me retourne et aperçois, se découpant dans le ciel, la silhouette du locataire des lieux, un magnifique grand-duc qui me regarde de ses grands yeux, l'air tout étonné de me voir là. Attendait-il lui aussi quelque chose ?

J'avais déjà eu affaire à ce rapace. En effet, au cours d'une partie de pêche dans ce coin, alors que j'escaladais un grand rocher pour continuer mon chemin, je glissai sur la mousse et dégringolai dans une faille, me retrouvant dans une sorte de grotte.

En recouvrant mes esprits, car j'avais eu très peur, et en m'habituant peu à peu à l'obscurité, je distinguai face à moi trois grosses boules blanches acculées contre la paroi, les griffes en avant et claquant du bec en poussant de petits cris : j'étais tombé dans un nid de grand-duc. J'essayai de me tirer de cette fâcheuse posture, quand une ombre vint se poser à côté de moi.

Diapo al tn5a

C'était un des parents qui me fixait de ses grands yeux en agitant ses petites oreilles. Je pensais qu'il allait me sauter dessus et s'attaquer à mes yeux, mais il n'en fit rien, me regarda pendant un moment qui me parut une éternité, puis disparut furtivement. Je sortis tant bien que mal de mon trou et m'éloignai le plus vite possible. J'avais dû m'assoupir un peu, car en me réveillant vers minuit, je fus saisi d'un sentiment étrange. Un nuage noir, surgi on ne savait d'où, cachait la lune et une grande obscurité avait envahi la vallée.

Soudain, une petite cloche sonna au sommet d'une tour, et une vaste lueur illumina les lieux : je me trouvai dans une grande salle, avec une magnifique voûte et ses arcs romans, supportés par des piliers éclairés par des torches et, sortant des ténèbres, je vis arriver un étrange cortège. Ouvrant la procession, venait un ménestrel avec sa harpe qui chantait sans qu'aucun son sortît de sa bouche, puis un berger, portant sur son dos un agneau qui essayait en vain de bêler, sans un son, puis venait un personnage richement vêtu de brocards et de soieries, sûrement le seigneur de Maupertuis, tenant par la main sa gente Dame, vêtue d'une robe longue toute chamarrée et d'une coiffe de dentelle, et derrière elle, tenant chacun à la main une torche, le prieur et cinq moines dans leurs belles aubes blanches toutes maculées de sang, la gorge déchirée, ils essayaient de chanter, mais aucun son ne sortait de leur bouche sinon quelques grondements gutturaux qui dormaient la chair de poule (le fameux chant des «Escanats»). Tout ce petit monde fît plusieurs fois le tour de la belle salle, indifférent à ma présence. J'aurais voulu les toucher, leur parler, mais j'étais comme paralysé, incapable de bouger aucun de mes membres.

J'étais bouleversé, avec le sentiment d'avoir assisté à un événement surnaturel, profané une cérémonie qui se déroulait depuis des siècles et à laquelle, pourtant, malgré toutes les légendes, personne n'avait jamais assisté.

La lumière s'estompa ; la grande salle et tous ces personnages étranges disparurent dans les profondeurs de la terre.

Le nuage qui avait caché la lune s'en alla comme par enchantement, et à nouveau la lueur du ciel inonda ce lieu étrange.

Diapo al tn5c

La lumière du jour et le bruit de la rivière me réveillèrent. J'étais toujours assis devant cette tour ronde, sans aucune trace autour de moi de que j'avais pu voir dans la nuit. Toujours ces éboulis, ces bouquets d'arbres et ces ronces, ces murailles et ces tours à moitié détruites. J'essayai de retrouver quelques indices, mais en vain. Plus la moindre trace de salle médiévale ni de cortège. Absolument tout avait disparu.

J'eus du mal à quitter cet endroit qui m'avait plongé dans le surnaturel et le Moyen Age, mais comme je commençais à avoir froid, à regret, je me mis en route vers le village et regagnai le monde civilisé.

Sur le chemin du retour, en repensant au spectacle auquel j'avais assisté en cette étrange nuit, me traversa l'esprit une pensée qui me hante depuis :

« ...et si j'avais rêvé... »

 

Jean Pautou
http://michele.daubian.perso.sfr.fr/montolie/tours-negres/legende-jean-Pautou.html

Erick FANTIN sur Google+

Lampy saissac cpa cartes postales anciennes Aude Montagne Noire chateau

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (2)

almon
belle histoire très bien écrite et qui comme le dit Roselyne, au coin du feu avec un chèvre et un pain aux figues,sans oublier un bon verre de rouge, mérité d'être narrée.
roselyne cros
  • 2. roselyne cros | 18/05/2016
Devant l'âtre d'une cheminée, à la seule lueur des flammes qui dessinent des ombres sur les murs, j'aimerai entendre cette histoire narrée par un conteur...
j'ai beaucoup aimé !
merci !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

 

Depuis Sept 2015,
retrouvez moi sur:

http://saissacdantan2.e-monsite.com/

c'est la suite !

11-blason-aude.jpg

Ce blog à pour but de faire perdurer notre mémoire, aussi,
si vous détectez une erreur, si vous souhaitez ajouter un commentaire, si vous possédez des documents pouvant paraitre ici, ...
n'hésitez pas,

contactez moi
fantin.erick@bbox.fr
ou écrivez votre commentaire directement sur le site.