Créer un site internet

Lampy

La vie à Saissac en 39-45 (6)

DEFENSE PASSIVE A SAISSAC

 

Dès août 1939 des consignes sont données aux civils pour assurer la défense passive qui doit mettre à l'abri des bombardements ariens Toutes les ouvertures portes, fenêtre et verrières des appartements, hôtels, restaurants et cafés doivent être obstrués par des panneaux, des volets capables d'intercepter la lumière vers l'extérieur. Les phares des automobiles doivent être recouverts d'une peinture bleue censée les rendre invisibles aux avions. De petits tas de sable sont placé dans les greniers pour intervenir contre les bombes incendiaires. Des sirènes donnent l'alerte en cas de raid aérien.

LES POSTES DE GUET

Des postes d'observation sont créés dans les villages, sur des points élevés. Un "Poste de Guet" est organisé par la D A T Défense Aérienne du territoire à Fontiers Cabardès  (5eme compagnie de guet) Elle est installée dans le village et à Malouziès sous le commandement d'un sous-officier et d'un caporal des civils dont le curé sont mobilisés sur place. En I94O la compagnie est relevée par un détachement de l'aviation. Lae caporal Drouet Martial et ses camarades Ernst, Passelague et Guitala vont trouver beaucoup de charme aux jeunes fontiéroises et les prendre pour épouse. L'aviateur Giner de Gignac (Hérault) faisait partie de ce unité qui va être transférée à Alzonne en I944A Lacombe le jeune Julien Prades et deux autres jeunes sont placé au poste de la "Croix de Cals". A Saint Denis un poste de guet est installé à la ferme de Fargues. A Saissac pour se prémunir contre un éventuel parachutage un tour de garde est mis sur pied par la municipalité le commandant Tubéry raymond en assure la direction. Sous ses ordres de vieux briscards tels le père Escaffre et de jeunes recrues Baissette Henri, Bastoul ou Julien Pistre. Le jeune Doudou Coux remplace parfois son grand-père Escaffre. Ils occupent un poste de guet en haut de la tour Grosse mais comme il fallait grimper là-haut avec une échelle haute et en mauvais état, ils avaient transféré leur pote à la "Table d'orientation" Là installé dans un vieux break sans roues de M Rouger, ils prennent des gardes de 3 à 4 heures sommeillant gentiment . Ils sont ainsi surpris par le chef Tubéry en flagrant délit de sieste qui les engueule rudement "Il faut surveiller les avions" "Qu'unis n'en besen pas cap" rétorque Escaffre qui ne s'émeut guère. Les autres gardes en attendant leur tour se reposaient dans le garage de M Pouzin ancien abri des cantonniers. Ils s'y abritaient et y passaient la nuit. Il y avait un autre poste près du cimetière. Ces groupes locaux vont former une véritable  "Garde Civile" qui va se voir doter de fusils de chasse

  ALERTE

Une véritable peur de voie descendre du ciel des parachutistes Allemands ou Italiens va s'emparer de la population. Un vaher de Mantélis raconte au fermier qu'il venait de voir tomber des parachutistes sur la colline entre Villemagne et Guillou. Aussitôt le fermier se précipite à Saissac pour en informer les autorités. Branle-bas de combat une terrible équipe armée de fusils de chasse est placée au carrefour (actuelle gendarmerie) Un groupe mobile véhiculé par la Renault K Z décapotable du meunier Dominique Saisset  se dispose pour explorer les lieux où les parachutistes sont signalés. Henri Baissette et Henr Bastoul et tout le groupe s'en vont vers les Cammazes. Ils s'arrêtent sur le plateau des Roques puis continuent vers Ma chaumière" et là au carrefour Henri Baissette va arrêter une jeune fille Yvonne Gros du domaine de Sanègre et étrange cous des choses cette fausse alerte a pour résultat un véritable roman d'amour et finira par un heureux mariage; La patrouille continue son chemin passant à la Jasse puis à Villemagne sans avoir rien vu. Le fameux vacher venu au village se fait interpeller par un groupe "C'est lui le fameux observateur qui a pris une Goiro (Buse) pour un avion. Après l'entrée en guerre de l'Italie la surveillance est renforcée; les Italiens disait-on risquent d'envahir le sud de la France avec des chars légers lachés par parachute? ! Désormais Baissette prend la garde au carrefour armé d'un fusil de chasse il reçoit l'ordre de tirer mais uniquement sur les tanks! Il s'abritait dans la maison de Mademoiselle Salvy 

LES BUTTES ANTI AVIONS DE SAISSAC

Une autre mesure concerne les plateaux des fermes des Cabanelles, Beteille, l'Azerous d'un côté. Les Roques, massillargues et Embès de l'autre. Tous dénudés sans arbres et donc aptes à recevoir des atterrissages ennemis ! Pour lutter contre cette terrible menace, on décide d'y creuser des "buttes anti-avions" .Ces buttes quadrillent tous les plateaux. Elles sont faites par une très grosse charrue, tirée par un tracteur appartenant à Paul Arribaud, entrepreneur de labours. Trois ou quatre passages étaient nécessaires pour élever ces buttes qui atteignaient plus d'un mètre de hauteur. La plus longue commençait près de la carrière de quartz des Roques et se terminait au lieu-dit Roque Cave. Elle avait plus d'un kilomètre de longueur. Toutes se faisaient à terre rabattue.

 J. Michel

 

L'Audoise des Bois


Qui a connu


L'Audoise des Bois


à Saissac ?

Entreprise générale du batiment,
elle employait de nombreux saissagais
et était installé à l'actuelle maison Lopez
prés de la gendarmerie.

376 001

Histoire d'école (4)

Fête des écoles

1950

 

1950 1

1950 3

 

 

 

 

 

Histoire d'école (3)


Fête des écoles

Années 40/50

 

 

Fete ecoles 1

Fete ecoles 2

Fete ecoles 3

Fete ecoles 4

 

 

 

 

 

Il y a cent ans ... CARLES Firmin et CATHALA Joseph


Il y a cent ans,

deux saissagais

tombaient au champ d'honneur !

CARLES Firmin

CATHALA Joseph

Enfants de Saissac
tués au combat
le 9 Avril 1915.

Carles firmin   Cathala joseph

Histoire d'école (2)


Séance récréative

1943

 

Seance recreative 1 1943

Seance recreative 2 1943

Seance recreative 4 1943

Seance recreative 3 1943

Seance recreative 5 1943

Seance recreative 6 1943

 

 

 

 

L'Eveque musicien


C'était un 3 Avril, en 2009

3 avril 2009

-

Photos ecole de Saissac - Année 1965-66


Photos ecole de Saissac - Année 1965-66

 Ecole 1965 ou 66

 



 

 


Histoire d'école (1)

1941


Ils ont obtenu
leur
Certificat d'Etudes

1941 1

70000 .... pages vues !!!



70 000

pages visitées !!!!!

http://saissac.e-monsite.com/

9072870000

Photos ecole de Saissac - Année 1963


Photos ecole de Saissac - Année 1963

 Ecole 1963

 



 

 


La vie à Saissac en 39-45 (5)

UN SOLDAT ALLEMAND FUSILLE PAR LES SIENS

 

Au cours de l’occupation de Saissac; un soldat  allemand  tenta de rejoindre le maquis. Profitant du repas de midi, il quitta le village. Imprudence fatale, il emprunta la route de Lampy. 

Repris au niveau de la ferme Picarel;  enfermé dans une pièce de l’ancienne école des filles, il fut fusillé le lendemain  dans le champ dit des «Frênes» situé en contrebas de la route 629 à un kilomètre du village.  Dans la matinée, un poteau de deux mètres fut planté à la bordure du champ.

Au  début de l’après-midi, une centaine de soldats venus de Saissac fut disposée  sur trois ou quatre rangs  face au poteau,  le soleil dans le dos.

 Des voitures descendirent le chemin (la draille) jusqu’au ruisseau  qui allait à Saissac.  

Sorti d’une voiture, le condamné fut transporté et attaché au poteau. Pendant un très long moment, une heure, peut-être plus, des officiers se relayèrent pour faire des discours avec gestes et grands éclats de voix.  Plusieurs coups de feu furent tirés,  Louis Bastoul  les entendit, il cultivait un champ à Laguille.

 A  son retour le soir, attiré par de la terre fraîchement remuée, il constata à l’aide de l’aiguillon la présence d’un corps enseveli à faible profondeur.

Arrivé à la ferme, il s’empressa d’aller informer le maire M. Raucoule. (10)

10. Les témoins :   Léon Ourliac,  Eliette,  Albin Bousquet  et  Jean Téruel

 J. Michel "Passé Défini"

 

Photos ecole de Saissac - Année 1961


Photos ecole de Saissac - Année 1961

 Ecole 1961

 Ecole 1961 bis



 

 


Il y a cent ans ... SEVERAC Auguste !


Il y a cent ans,
il tombait au champ d'honneur

SEVERAC Auguste

Enfant de Saissac
tué au combat
à Mesnil les Hurlus
le 16 Mars 1915.

Severac auguste 160315

Photos ecole de Saissac - Année 1960


Photos ecole de Saissac - Année 1960

 Ecole 1960

 Ecole 1960 bis



 

 


Il y a cent ans ... ESCANDE Elizée !


Il y a cent ans,
il tombait au champ d'honneur

ESCANDE Elizée

Enfant de Saissac
tué au combat
à Bois Sabot
le 9 Mars 1915.

Escande elizee 090315

La Place des Tours - INEDIT



La Place des Tours


sous un angle inédit.


Une des très rares photos où l'on aperçoit la scierie
(à la place de l'actuelle pharmacie)

373 001 copie

Photos ecole de Saissac - Année 1959


Photos ecole de Saissac - Année 1959

 Ecole 1959 1

 Ecole 1959 2



 

 


Le sceau de Saissac


Saissac, son sceau

Sceau de forme discoïdale, de 54 mm de diamètre, représentant un château maçonné, ouvert, à trois tours crénelées percées de baies, sur des rochers. Il ne faut pas voir là une véritable représentation du château de Saissac mais une représentation symbolique, tous les châteaux étant représentés de cette façon sur les sceaux et armoiries.

     Cette figuration montre cependant l’importance que le château de Saissac avait dans l’imaginaire de ces habitants. La légende en latin est la suivante  S[IGILLVM CONS]VLVM DE SAISAC[O] ce qui se traduit par « Sceau des consuls de Saissac ».

D05679

Photos ecole de Saissac - Année 1958


Photos ecole de Saissac - Année 1958

 

 Ecole 1958

 Jdihi



 

 


 

Retrouvez nous aussi sur :

http://saissacdantan2.e-monsite.com/
et
http://saissacdantan3.e-monsite.com/

c'est la suite !

11-blason-aude.jpg

Ce blog à pour but de faire perdurer notre mémoire, aussi,
si vous détectez une erreur, si vous souhaitez ajouter un commentaire, si vous possédez des documents pouvant paraitre ici, ...
n'hésitez pas,

contactez moi
fantin.erick@bbox.fr
ou écrivez votre commentaire directement sur le site.