chateau

Le chemin d'Orléans


Le chemin d'Orléans

22 ter chemin d orleans

1983, Coq d'Or à Paris

10952572 817463181646800 4848704571933100679 o
Et en 1983
récompense suprême,

Coq d'Or
1er prix national

remis à la maison de la chimie à Paris  en présence de Mr Michel Rocard Ministre de l'Agriculture

Photos inédites !10917427 817463161646802 2461149832992207312 n10945817 817463154980136 2170672843583474751 o1499587 817463171646801 1511155861339273595 n

Lire la suite

La vie à Saissac en 39-45 (3)

« L’ HERMITE » ESPAGNOL              

  

 Au mois d’Avril, un dimanche matin, le hasard voulut, qu’un homme vivant sous un rocher dans la vallée de Lampy, fût  bêtement découvert.

Un charron de Saissac, accompagné du régisseur M. Maurel  de la ferme Massillargues, cherchait de jeunes  frênes  droits  qu’ils voulaient  destiner  à la confection de timons.

Le charron longeait le ruisseau, le régisseur se déplaçait dans la pente  encombrée de végétaux  lorsque, à quelques mètres, il vit un homme assis. Surpris (le bruit d’une cascade  avait couvert  l’arrivée)  l’homme ne chercha pas à s’enfuir. 

 Rentré  à la ferme, le régisseur fit part  à la propriétaire  de la découverte de cet homme, un Espagnol; il  fut signalé à la gendarmerie. Les bergers virent passer les gendarmes, le vélo à la main;  emmenant, celui que l’on appela   «l’Hermite».

Son abri adossé à un rocher et situé près de la cascade dite de Baret,   était protégé d’un côté par un mur en pierre sèche,  il contenait deux ou trois ustensiles de cuisine, des boites, une petite réserve de blé et de la fougère séchée. Le dépôt des déchets  fit penser que l’homme vivait là  depuis plusieurs mois.  Des traces de pas avaient été relevées par le métayer  de la ferme Le Picou.

  Ce dernier sortait parfois la nuit pour tirer les sangliers qui ravageaient les récoltes avec un fusil qu’il n’avait pas rendu.  Son  intérêt  était de  ne rien dire et pourtant, les traces relevées  dans les champs  le  conduisaient toujours  au bord du ruisseau à un endroit appelé «Nado – Grél». 

 

UN COUPLE DE REFUGIES

 

 Quelque mois après, non loin du rocher de « l ‘Hermite », un couple vint se réfugier (sûrement suite à un  accord) dans une cabane  située dans un gros massif de houx qui jouxtait  le côté droit  du chemin conduisant à la ferme Massillargues, au lieu-dit  la «bouissouno».   

Lui, se disait bûcheron (?) En fait,  il   jouait souvent de l’accordéon.

 A la ferme,  on  leur gardait  un peu de pain  sans que le boulanger qui  faisait des tournées  le sache.

 De temps à autre, le couple s’absentait, il ravitaillait  les hommes de la ferme en tabac en échange de menu gibier : lapins, lièvres, perdrix, capturés au piège par deux jeunes frères placés à Massilllargues pour la nourriture. 

La propriétaire Mademoiselle Cau, exploitait la ferme en régie directe.

Au mois de juin 1944, des maquisards vinrent prendre un veau et une génisse, ils étaient venus prendre une vache.

 

 

 

Photos ecole de Saissac - Année 2004

 

Photos ecole de Saissac - Année 2004

2004


 

 


Sire Raphaël de Saissac

Sire Raphaël de Saissac

Il naquit dans l’ancien pays cathare en l’an de grâce 1356.
Sa famille est en Saissac depuis plusieurs générations, pour maintenir l’ordre.
Ils avaient était envoyer dans ce village fortifiée par le roi en 1234. Elle protège aujourd’hui la famille de l’Isle Jourdain.
Raphaël appris le maniement des armes depuis l’âge de 7 ans et lors de son 16° anniversaire son père le confi
à un jeune chevalier italien très prometteur le chevalier Olivier d’Avignon
qu’il observait depuis de nombreuses années.
Les techniques de ce seigneur était très proche de celle de Saissac il serait un parfait formateur.
Lors du trajet pour Avignon le jeune homme fût attaqué par un groupe de bandit
dont il récupéra la hache du chef et qu’il brandi fièrement à chaque tournois.
La montagne noire peut être très rude pendant les saisons hivernale comme estivale.
C’est ce climat, et la haine de l’anglois qui ont fait de lui une véritable bête sur les champs de bataille.
Et notamment lors de la bataille de l’île de Wight en 1377, il eu droit au surnom
de « Sanglier de la Montagne noire » correspondant au meuble familial et à la localité de Saissac.
Raphaël de Saissac est certes un buffle en combat il reste tout de même
quelqu’un d’intelligent et rigoleur, qui parle peu.
Mais comme il dit souvent :
« Il vaut mieux agir proprement et ne rien dire plutôt que parlé beaucoup et ne rien faire ».
Ses armoiries ce présente comme suit :
Ecartelée de 1 et 4 de sinople à la tour d'argent maçonnée de sable et le sanglier d’argent passant, aux 2 et 3 de gueule.

http://www.lionsdeguerre.com/compagnie-medievale/raphael.php

Quand Vincent Auriol ...


Quand Vincent Auriol,
Président de la République, venait à Saissac.

Auriol

La vie à Saissac en 39-45 (2)

DES ALLEMANDS QUI S’INSTALLENT


Les soldats logeaient  aux anciennes écoles de filles et de garçons, au « Patronage ». 

Pour réduire le temps de la toilette, des groupes d’une dizaine d’hommes gagnaient à tour de rôle les trois lavoirs du village. Le dimanche, des soldats lavaient leur linge de corps, d’autres allaient à la messe;  principalement des officiers. Ils restaient debout pendant  tout le temps de l’office,  tous alignés contre le mur à droite en rentrant dans l’Eglise.
Le Prêtre Albert, qui faisait la quête lui-même,  ne leur tendait pas la Corbeille. 

Les repas étaient préparés dans des grandes marmites (sur foyer à charbon) fixées de part et d’autre d’un   essieu «la roulante». L’une était à la place de la Tour, l’autre à la place de la mairie.
 Des grands récipients étaient utilisés pour transporter la nourriture  aux officiers. La semaine il y avait beaucoup d’activités, exercices, entretien des armes, des chaussures, des habits.

Lors de la traversée du village, les   groupes laissaient une odeur de naphtaline dans leur sillage.

 Les rassemblements se produisaient à la place de la Mairie.

 Les officiers logeaient dans les maisons bourgeoises ; c’était le cas chez les Ançenay.  (3)

 3. Colonel Ançenay officier lancier de la garde de l’impératrice  Eugénie  (Recherches du docteur Jean Michel Saissac).

"Passé défini" de J Michel

 

 

Photos ecole de Saissac - Année 2001

 

Photos ecole de Saissac - Année 2001


2001

 

 


La vie à Saissac en 39-45


DES VILLAGES  OCCUPES

 

 L’occupation des villages était, d’après un gendarme, laissée à la prérogative du Commandant de la place.

A Saissac, des barrières faites de rouleaux de fil de fer barbelé furent posées sur la route aux deux entrées du village.

La barrière  formait une chicane prés de laquelle  une sentinelle veillait  nuit et jour,  le fusil à la bretelle.

La nuit, la garde était renforcée, il y avait deux hommes par poste sur la route.

D’autres endroits  furent surveillés, la nuit seulement ;  il y avait une sentinelle sur la route de Lampy, au départ du chemin de la promenade, une autre à la place de l’église et une à la mairie. Cette dernière gardait les véhicules stationnés derrière le bâtiment, elle  se tenait contre le  mur de la mairie à distance du pont sur lequel passe la route.

La relève de la sentinelle de la promenade se faisait tôt le matin, elle était attendue par des maquisards chargés de récupérer du pain. Ils  laissaient la voiture à la ferme Lacroix, descendaient par le vieux chemin qui rejoignait la route d’ Arfons  à cinquante mètres du  poste gardé la nuit.

 Là, aboutissait à l’angle du mur de la propriété Rousseau  le sentier des jardins dont le départ se situe au centre du village, au déboucher de la rue de la République à  dix mètres à peine de la boulangerie, tenue alors par la famille Mauriès.

Des miches de pain étaient acheminées par le sentier, elles étaient déposées dans un sac de jute grossier  caché à  la tête du sentier.(2)

2.  Cabanel Gilbert.

http://www.lauragais-patrimoine.fr/HISTOIRE/LA%20RESISTANCE/SOUVENIRS-39-45/SOUVENIRS-39-45.html

Soldats

Le Parler fleuri de chez Nous


Le Parler fleuri de chez Nous

 

Recueilli et restitué par Charles Palau

 

Avec l’involontaire et néanmoins aimable collaboration : Des habitants de la Montagne Noire, du Carcassès et même des bords de Garonne, des plaines du Languedoc, des confins de la Méditerranée et des marches des Pyrénées.

De ceux et de celles avec qui j’ai pu discuter de sujets sérieux ou futiles, en tous lieux et en toutes occasions, et qui ont su me faire partager leur amour du « parler de chez nous » Sans oublier la lecture enrichissante des écrivains languedociens, avec une pensée émue pour notre « mestre » incontesté René Nelli qui a su éveiller en nous lycéens de la rue de Verdun, à la fleur de l’âge, le plaisir de parler « la lenga nostro » à un époque où il était bon de la renier.

 

Bramer de l’oc Brama : Braire, mais aussi pleurer à chaudes larmes.

  « Si tu l’avais vu ! il bramait comme une fontaine » Bramadis : coup de gueule

  « Il t’a poussé un bramadis à fendre toutes les vitres des fenêtres ! »

Brassèger.  De l’oc brasseja : Gesticuler. Dans le midi on brassège beaucoup en parlant  «Si tu n’entends pas ce qu’il dit, tu comprends tout, tant il brassèje »

Brave, Bravou, Bravet.  Petit enfant, joli de visage qui attire une sympathie évidente, gentil, aimable, parfois naïf

  « Quel brave petit ! Toujours  à rendre des services ! »

Brêle Une brêle est quelqu'un sans talent, qui rate tout ce qu’il entreprend. Insulte

 « Ce n’est pas avec cette équipe de brêles qu’on va gagner le championnat »

 Brêle de l’arabe Brêle Mule, mulet.

Brico Oc Pas du tout « As-tu dormi cette nuit ? Brico !

Parfois rien de rien  « Brico de brico ! »

Broque. Personne habillée sans aucun goût, par assimilation garçon sans avenir.

 « Il traîne du matin au soir, une vraie broque ! » Variant Branque

Bufa Oc souffler ; L’ange bufarel (ange joufflu) C’est l’ange de la crèche qui souffle dans sa trompe pour annoncer la naissance de Jésus. Qualifie l’enfant qui a des belles « gautes » joues «  Qu’il est beau ce petitou ! On dirait l’ange boufarel »

Le Bufet est le soufflet de forge qui attise les braises « Es pas de pel de bufet » signifie que c’est de très bonne qualité et non pas comme le cuir ridé des soufflets.

Las bufos ou la bufo : Les fesses ou l’opposé Jeu de mots « Lou bent mari (le vent marin) bufo ; maï la bufo de Marie ben pas » Expression de dépit des coqs de village devant l’inanité de leurs efforts.

Bugner ou prendre une Bugne de l’oc Bouïnho ou bôrnho . Bosse, recevoir un coup accidentellement « Tu as encore bugné ta voiture »

Butade  de l’oc Butà, pousser. Une poussée, une bousculade. « Il est encore un peu neci (Niais, idiot, tiré de l’appellation des protestants N C  nouveaux convertis)

Mais parfois il a quelques butades d’intelligence » « Il m’a fichu une butade, que je me suis espatarré  (étalé de tout mon long) au milieu du bal.

Cabolho de l’oc : Jument «  Faï tira que la cabalho se nègo «  Littéralement : Tira la jument se noie ! Signifie continue ! C’est bien !

Cabourd Fou, casse-cou, cinglé. Il cabourdège : Il perd la tête.

«  Regarde-moi ce cabourd avec sa mobylette ; Attention au tournant ! »

Cabusset ou Cabus De l’oc Capusseto : Culbute, roulade. « Ce soir pour me faire belle, je vais faire un cabus dans l’armoire » Elle va se changer.  «  Quand on était petit on faisait des cabusset dans les prés, puis quand on se levait, on avait le vire-vire » On avait la tête qui tournait/ « Faire un cabus » Plonger dans l’eau la tête la première.

Cabusselle Couvercle de casserole ou de marmite. Désigne péjorativement la tête d’une personne. Variante Cabucelle.

Caga de l’oc satisfaire un besoin naturel, faire la grosse commission ; Caguer « Va-t’en caguer à la vigne, mais n’oublie pas de ramener la clé ! «  Expression pour se défaire d’un importun.. Faï caga ou me faî caga (Traduction inutile)

Une cagade ; erreur grossière « S’il n’avait pas fait cette cagade, on aurait gagné la partie «  Un cagadou : lieu d’aisance souvent situé au fond du jardin avec un orifice sur la porte en forme de cœur « Elle a jeté un mégot mal éteint dans le cagadou. Cela a fait une explosion !! A cause de la chaux vive que l’on y verse.

La cagagne La diarrhée, mais aussi la peur «  Il m’a sauté dessus dans la noir. Je t’ai eu une de ces cagagnes » «  Chez nous, la Turista on l’appelle la cagagne.

Le cagarel ou Caganis Se dit du petit dernier, d’une portée de lapin. Par extension le petit dernier d’une famille nombreuse. 

« Dans le ciel » de J Michel

Photos ecole de Saissac - Année 2000

 

Photos ecole de Saissac - Années 2000


20002000 2

 

 


La Porte de Cers


La Porte de Cers

La porte de cers était identique à la porte
d’Autan, elle fut démolie pour permettre le passage des charrettes dans le
village.
Ses débris servirent à remblayer la rue Bertrand de Saissac.
De la porte il ne reste qu’un piédestal et un gond en fer. Une tour échauguette
continue le rempart, qui fait un angle droit à cet endroit là. Il continue et
sert de parement extérieur à des maisons.Pc4Pc2
Pc3

Pc1

Noël à l'école !


1981, ils fêtaient Noël à l'école !

1981 arbre noel ecole

Photos ecole de Saissac - Année 1999

 

Photos ecole de Saissac - Années 1999


19991999 2

 

 


Inauguration du monument du Maquis


Inauguration du monument du Maquis

en photos.

Inaug maquis 2Inaug maquis 1Inaug maquis 3Inaug maquis 4Inaug maquis 5Lamourelle 4

 

 

Photos ecole de Saissac - Année 1998

 

Photos ecole de Saissac - Années 1998


1998

 

 


La gendarmerie


L'ancienne gendarmerie

Gendarmerie 2

7 octobre 1792. La municipalité est chargée de trouver un logement pour la brigade de gendarmerie. Le sieur Cavailhès cède au sieur Maffre, maréchal des logis, une chambre, une écurie et une grange à foin pour 200 L par an.
La brigade s’étant retirée le 15 septembre on lui doit 100L.

1793 députation d’un homme à Carcassonne pour obtenir l’établissement d’une brigade de gendarmerie.

An 2 la gendarmerie se plaint qu’elle n’est pas encasernée et obligée de loger chez des particuliers.

1852 Depuis cette date Saissac est le siège d’une brigade de gendarmerie, soit à pied soit à cheval

1858 Suppression du commissaire de police de Saissac M. Lacheze

1870 Bosc Pierre roulier à Saissac est surpris par les gendarmes Pouillès et Lacroix de Saissac conduisant une voiture sans lumière. Paule Louis voiturier à Saissac est surpris par les gendarmes Lacroix et Ricard conduisant une charrette non éclairée.

3 Novembre 1912. Depuis avant 1852 le siège d’une brigade de gendarmerie est établi à Saissac. «  Que  l’établissement de cette brigade au chef-lieu de canton, situé aux confins des départements de l’Aude et du Tarn est d’une utilité incontestable. Que Saissac par sa position géographique et topographique nécessite une surveillance toute particulière par l’intensité de la circulation et le va et vient incessant de personnes de toutes catégories, qu’il est un lieu de passage ou de rendez-vous journalier de vagabonds et de bohémiens. Que si cependant la population y est d’une sagesse relative, c’est grâce à la présence de la gendarmerie qu’est du le commencement de cette sagesse. Que si par une décision la brigade était supprimée, les passions politiques et autres, le braconnage sous toutes ses formes, si longtemps compromis, se donneraient libre cours et il faudrait revenir sur une mesure qu’il aurait mieux valu ne point prendre »  Le conseil demande le maintien de gendarmerie de Saissac.

Semblable question se posera en 1999 et la brigade sera maintenue.
La gendarmerie actuelle a été complètement refaite sur le terrain de l’ancienne gare.
L’ancienne gendarmerie a été convertie en logements et une boucherie a été créée dans le bâtiment

Immeuble démoli pour faire un parking en 1997

Gendarmerie 1

Capture plein ecran 15102014 090300

1981 boucherie

-

Photos ecole de Saissac - Année 1997

 

Photos ecole de Saissac - Années 1997


1997

 

 


L'ancienne gare


ANCIENNE GARE

 Cp33 1


L’ancienne gare de Saissac a été construite vers 1904. Le premier tramway arrive en gare de Saissac, le 10 mai 1905.
L’arrêt complet du trafic a lieu en août 1932.

Le terrain de la gare est aménagé en terrain de sport en 1940, avec terrain de sport, terrain de basket et boulodrome lyonnais.

On garde le souvenir de Rose Callas « chef de gare » à Saissac pendant de nombreuses années.
Une partie de ce terrain est vendu à la « Coopérative laitière et fromagère » créée en 1930.
Terrain récupéré lors du départ de la coopérative à St Denis.
Le local de la gare sert de vestiaire aux équipes de Rugby et de football

Cédé au département pour la construction de l’actuelle gendarmerie.

Cp49 1

734 001

 

Depuis Sept 2015,
retrouvez moi sur:

http://saissacdantan2.e-monsite.com/

c'est la suite !

11-blason-aude.jpg

Ce blog à pour but de faire perdurer notre mémoire, aussi,
si vous détectez une erreur, si vous souhaitez ajouter un commentaire, si vous possédez des documents pouvant paraitre ici, ...
n'hésitez pas,

contactez moi
fantin.erick@bbox.fr
ou écrivez votre commentaire directement sur le site.